Réanimation

Un nouveau test auditif pour évaluer le niveau de conscience des comateux




Pour améliorer la qualité des soins destinés au personnes comateux, une équipe de chercheurs basée à l’institut du cerveau et de la moelle épinière à l’hôpital Pitié-Salpêtrière a réussi à mettre en évidence un test auditif qui permet de prédire si le patient révèle une réactivité au bruit environnant.

test auditif coma
Coma : un test auditif pour évaluer le niveau de conscience. Source: 24matins.fr

Tout d’abord, mettons les choses au clair. En effet, il existe deux sortes d’état de coma dont la différence entre les deux revêt une grande importance:

  • Un état végétatif: dans ce cas, la partie de l’encéphale qui commande la pensée et le comportement est délabrée. Néanmoins, les fonctions contrôlées par l’hypothalamus et le tronc cérébral à savoir, le cycle de sommeil, la température, la respiration, la pression artérielle, le rythme cardiaque et la conscience, sont maintenues. Bien qu’elle ouvre les yeux et semble éveillée, la personne ne réagit pas à la stimulation et n’est pas consciente ni d’elle même ni de ce qui tourne autour d’elle.
  • Un état de conscience minimal: baptisé encore état pauci-relationnel, cet état décrit un patient inapte à suivre d’une façon cohérente de simples instructions, mais qui démontre une conscience de son environnement. il peut établir un contact visuel, saisir des objets, répondre aux commandes d’une manière stéréotypée..

En quoi consiste cet examen auditif?

Cet examen vise à montrer l’existence d’une interaction entre l’activité cérébrale et l’activité cardiaque chez les patients plongés dans un état végétatif ou ayant un niveau de conscience minimal.




Pour ce faire, les chercheurs ont misé sur des stimulations sonores qu’ils font écouter aux patients sombrant dans le coma. « Ces séquences sonores sont initialement répétitives puis présentant, de manière rare et aléatoire, des variations » réctifie Pourquoi docteur.

Ainsi, les chercheurs examinent  le rythme cardiaque du patient pour déceler d’éventuelles modifications, révélant la prise de conscience de la stimulation sonore et traduisant un meilleur pronostic du coma.

Publié dans un article paru dans la revue Annals of Neurology, cette étude bat en brèche l’idée qu’il est impossible d’améliorer le pronostic vital de ces patients.

Dans son communiqué, L’inserm souligne que cette alternative est “très importante pour établir un pronostic sur le devenir neurologique du patient, pour informer les proches et mettre ainsi en œuvre un traitement adapté”.

Toutefois, une telle exploitation est dans la mesure de soulever un âpre débat, étant donné qu’il s’agit d’un sujet hautement sensible pouvant dérouter à la fois les médecins et les familles des patients.

Laisser un commentaire

Powered by Facebook Comments