Réanimation

Tout ce que vous devez savoir sur l’embolie graisseuse

L’embolie graisseuse est définie par l’obstruction d’un réseau micro-circulatoire à cause des micro-gouttelettes de graisses insolubles. Dans 90% des cas, cette complication survient lors de la fracture des os longs tels que le fémur ou le tibia.

embolie graisseuse

Rarement, ce problème peut survenir après des opérations de chirurgie orthopédique ou des liposuccions.

Au fait, le centre de l’os contient la moelle osseuse. Lors d’une fracture, des particules de cette moelle, très riche en graisse, vont passer dans la circulation. Ces fragments graisseux risquent alors de passer dans les vaisseaux pulmonaires et les obstruer.

Physiopathologie de l’embolie graisseuse

Diagnostic clinique

Manifestations neuropsychiatriques

On note des troubles de a conscience (agitation, délire), atteinte de la substance blanche (nystagmus, hypertonie extrapyramidale..) ainsi que des désordres neurovégétatifs.

Manifestations Cutanéo-muqueuse
  • Purpura Pétéchial fugace entre le 2eme et 4eme jours;
  • Atteinte Cutanée: Partie antérosupérieure du thorax, cou, aisselles ;
  • Atteinte des Muqueuses: muqueuse buccale et conjonctives

Signes biologiques

Lors de ce syndrome, une gazométrie artérielle indique une hypoxémie importante. On note également des troubles de la coagulation (Thrombopénie, CIVD sans chute marquée du fibrinogène), une anémie hémolytique et une baisse du cholestérol.



Signes radiologiques

Une radiographie du thorax à J2 révèle un syndrome alvéolaire diffus Bilatéral prédominant lobes supérieures (J1 on ne voit rien dur la radio: temps de latence).

A J3, on note une image en tempête de neige d’Allred: opacités micro nodulaires allant de la périphérie vers les hiles avec bronchogramme aérien. Ceci révèle qu’au bout d’un certain temps, cette embolie va se manifester par une détresse respiratoire.

Traitement

Le traitement est essentiellement d’ordre préventif. Il faut tout d’abord immobiliser le membre lésé et assurer une antalgie efficace.

Lorsque l’embolie est déclarée, il faut en première intention lutter contre la détresse respiratoire en apportant de l’oxygène au patient.

En même temps il faut prévenir la survenue d’un choc hypovolémique, et penser à lui administrer l’albumine vu que cette dernière se lie aux acides gras libres toxiques.

Généralement, la guérison survient en une quinzaine de jours, sans séquelles. Cependant, dans 15 à 30% des cas, l’embolie graisseuse cause la mort.

Lire aussi

L’embolie amniotique: Une urgence anesthésique et obstétricale

Laisser un commentaire

Powered by Facebook Comments