Anesthésie

Quelles sont les conséquences de l’utilisation des gaz anesthésiques sur les professionnels et l’environnement? Des solutions à prévoir?




Les blocs opératoires présentent une source de pollution majeure, du fait de l’émission des gaz anesthésiques. Au cours d’une anesthésie générale, la proportion métabolisée de ces gaz présente moins de 5%. Les 95% restants éliminés par le patient présentent une source intarissable de danger pour l’environnement et le personnel soignant circulant au bloc opératoire.

gaz anesthésiques

Les résultats découlant d’une étude récente, parue dans la revue prestigieuse The Lancet, révèlent qu’une anesthésie générale produit plus de gaz à effet serre « qu’un trajet Paris-Lyon en voiture »! C’est loin d’être choquant étant donné que les gaz anesthésiques sont infimement métabolisés. Le reste est éliminé par voie respiratoire.

Impact des gaz anesthésiques sur l’atmosphère

D’ailleurs, selon le protocole de Kyoto (un traité international visant à la réduction des émissions de gaz à effet de serre) le protoxyde d’azote N2O est un polluant majeur. Il contribut à la destruction de la couche d’ozone. Sa longévité est estimée de 114 ans.

En outre, le desflurane est un polluant de premier cran, du fait de son potentiel de réchauffement global (3 714 kg de CO2/kg) et sa durée de vie dans l’atmosphère (10 ans) en comparaison avec les autres gaz anesthésiques tel que le sévoflurane (349 kg de CO2/kg; durée de vie 1,2 ans).

Impact des gaz anesthésiques sur la santé du personnel

Les gaz anesthésiques sont éliminés intacts par le patient, et ceci n’est pas sans conséquences sur la santé des praticiens exerçant au bloc opératoire. En effet, la toxicité de ces gaz dépend de de la durée d’exposition professionnelle du personnel, et sa position par rapport à la source polluante. Généralement, les anesthésistes sont plus les exposés.



Une inhalation répétée au protoxyde d’azote est suceptible d’inactiver la cobolamine qui est une cofacteur de la méthionine synthétase et indispensable au métabolisme des foltates.

Il est important de rappeler que la méthionine synthétase contribut à la biosynthèse de l’ADN et à la division cellulaire.

Une exposition prolongée au protoxyde d’azote est très risquée pour la femme enceinte. Un effet tératogène est non exclut. En fait, ça peut entraîner un déréglement dans la divison cellulaire chez le fœtus à la fin du premier mois de grossesse. Pour le personnel, ce gaz peut affecter la moelle osseuse (anémie semblable à celle de Biermer) et le système nerveux ( apparition de neuromyopathies).

D’autre part, des travaux menés chez l’animal, d’enquêtes épidémiologiques et d’études chez des volontaires sains ont mis au point des rsiques notables pouvant affecter la santé physique et mental des praticiens lors d’une exposition chronique et à faibles doses aux agents halogénés.

Les solutions proposées pour atténuer ces risques

Evidemment, les riques des gaz anesthésiques sur l’atmosphère et sur la santé du personnel du bloc opératoire ont été mis en relief à plusieurs reprises.

A l’heure actuelle, il s’avère crucial d’abandonner l’utilisation des gaz hautement toxiques pour l’environnement et le personnel, de ventiler les salles d’opérations et bien évidemment d’utiliser des circuits anesthésiques avec réinhalation et  utiliser les Systèmes d’Evacuation des Gaz Anesthésiques(SEGA).

Le fonctionnement des prises SEGA est simple.Elles redirigent le gaz éliminé par le patient vers le système d’évacuation global de la structure sanitaire vers l’extérieur. Toutefois, ces prises sont dépourvues d’unités de traitement adéquates, elles rejettent ces gaz à l’état dans l’environnement.

D’autres mesures préventives peuvent etre prises afin de réduire les risques liés à l’emploi de ces agents toxiques, à savoir:

  • La réduction des débits des gaz frais;
  • Instrauration de systèmes de recapture des gaz: Le nouveau système breveté  Deltasorb®.

Quel est l’apport du Deltasorb?

En partenariat avec Blue-Zone Technologies (une société canadienne privée), la société américaine Spacelabs Healthcare propose une nouvelle technologie  baptisée Deltasorb, capable de capturer, purifier et réutiliser les gaz anesthésiques éliminés à l’état.

Référence

Comment éviter l’exposition professionnelle aux gaz anesthésique

Laisser un commentaire

Powered by Facebook Comments