Réanimation

Le syndrome de poche à urines violettes ou Purple Urine Bag Syndrome PUBS




Inspirée par deux articles publiés par le Dr Marc Gozlan dans son blog (Quand un malade pisse violet et Quand les urines sont violettes, j’ai eu l’idée de vous parler de ce syndrome, qui reste méconnu jusqu’à l’heure actuelle. Rarement rapporté dans la littérature, le syndrome de la poche à urines violettes a été décrit pour la première fois en 1978.

Syndrome de poche à urines violettes
Collecteur à urines violet. Lucie Cantaloube et al. Geriatr Psychol Neuropsychiatr Vieil 2012 ; 10 (1) : 5-8

Baptisé aussi « Purple Urine Bag Syndrome », ce syndrome est caractérisé par une coloration violette ou pourple du collecteur à urines.

Il est observé le plus souvent chez la femme âgée, alitée, constipée, apyrétique et porteuse d’un sondage chronique. De nombreux facteurs sont évoqués, mais ne sont pas toujours présents : infection urinaire, indicanurie, pH urinaire alcalin [1].

Quelle est l’origine du syndrome de la poche à urines violettes?

Bien qu’il soit d’évolution bénigne, ce syndrome a de quoi suprendre. Au fait, deux colorants seront à l’origine de cet aspect: l’indigo (bleu) et l’indirubine (rouge). Ces deux pigments résultent du métabolisme du tryptophane (le 3-indoxysulfate: un acide aminé) d’origine alimentaire.

En effet, la dégradation du tryptophane par la flore bactérienne intestinale donne l’indole, qui suite à une conjugaison hépatique, amène à l’apparition de l’indoxylsulfate qui sera excrété par voie urinaire.

Etant un facteur déclencheur du syndrome de poche à urines violettes, la constipation favorise la pullulation des bactéries coliques (la présence d’un nombre excessif de bactéries dans l’intestin grêle et une malabsorption) et l’altération de la motricité du tube digestif. Par conséquent, on note une prolongation du temps de transit du tryptophane ce qui amène à une augmentation des taux urinaires d’indoxylsulfate.

En présence d’enzymes bactériennes, l’indoxylsulfate se transforme en indoxyl [1]. En milieu alcalin,  et en cas d’alitement prolongé, l’indoxyl se transforme en indigo et indirubine. [2]

métabolisme tryptophane syndrome de poche à urines violettes
Voie métabolique du tryptophane à l’origine du syndrome de poche à urines violettes

Ces deux colorants se fixent sur le PVC (polychlorure de Vinyl) qui constitue la sonde ou le collecteur à urine et conduisent à l’apparition de la couleur qui caractérice le syndrome de la poche à urines violettes.

Selon la littérature, les bactéries isolées dans les urines des patients atteints de ce syndrome sont:

bactéries syndrome de la poche à urines violettes
Tableau extrait de l’étude de cas d’un syndrome de la poche à urines violettes, menée par C. MARGOT et al [3]



Prise en charge du syndrome de poche à urines violettes

Le syndrome de poche à urines violettes ne vient pas immédiatement à l’esprit des soignants et peut être une vraie source d’anxiété pour le patient et sa famille. Pour ceci, les médecins doivent être capables de l’identifier.

En première intention, et après avoir éliminé que la prise d’un médicament (comme l’ampicilline) ou l’ingestion d’un aliment (bettrave) soit à l’origine de l’apparition de cette teinte, l’équipe soignante deverait avoir le réflexe de changer le dispositif de sondage et de chercher sytématiquement une infection urinaire sous jascente. Une antibiothérapie sera alors instaurée.

En outre, l’adoption des mesures hygiéno-diététiques s’avère cruciale afin d’éviter la réapparition de ce syndrome, surtout pour prévenir la constipation en  hydratant convenablement le patient.

En guise de conclusion, ce syndrome n’est pas aussi rare qu’on le croyait auparavant. Jusqu’à l’heure actuelle l’étiologie reste incertaine. Toutefois, les chercheurs notent qu’il peut résulter de la combinaison de plusieurs facteurs [1].

Références

[1] Bar-Or D, Rael LT, Bar-Or R, Craun ML, Statz J, Garrett RE. Mass spectrometry analysis of urine and catheter of a patient with purple urinary bag syndrome. Clin Chim Acta 2007 ; 378 : 216-8.

[2] Fain-Ghironi N, Le Gonidec P, Schaeffer M. Purple urine bag syndrome. Presse Med 2003 ; 32 : 985-7.

[3] C. Margot, A. Kalem, R. Le Boisselier, J.Y. Guincestre, D. Debruyne, R. Leroyer. Purple urine bag syndrome: a case report with identification of colouring substances. J Pharm Clin 2008 ; 27 (2) : 80-4

Laisser un commentaire

Powered by Facebook Comments