Anesthésie Selon spécialité

Hypocalcémie: la complication post-thyroïdectomie la plus répandue




L’hypocalcémie est la complication la plus redoutée après une thyroïdectomie (ablation de la thyroïde). Elle peut être profonde, mais généralement elle est réversible.

hypocalcémie thyroidectomie thyroide

Causes de l’hypocalcémie post-thyroïdectomie

Jusqu’à l’heure actuelle, on n’a pas pu identifier toutes les causes en rapport avec l’hypocalcémie après une thyroïdectomie. Dans 19%  des cas, on envisage une hypocalcémie suite à un traumatisme direct des glandes parathroïdes, ou par interruption de leur circulation. Par ailleurs, dans 40% à 50% des cas, on suspecte une parathyroïdectomie accidentelle.

Deux facteurs principaux interviennent dans le risque d’hypoparathyoïdie post-opératoire, à savoir le niveau d’expérience du chirurgien, le type de la chirurgie (goitre rétrosternal, cancer de la thyroïde..).

Diagnostic de l’hypocalcémie post-thyroïdectomie

L’hypocalcémie ayant pour origine l’hypoparathyroïdie apparaît 24h à 48h après la thyroïdectomie. Elle est associée généralement à une hyperphosphorémie. Cliniquement, cette complication fait appel à des spasmes musculaires, une crise de tétanie… Dans les cas les plus sévères, on note un dysfonctionnemment intestinal, anxiété, état dépressif…

Le dépistage de l’hypocalcémie se fait par le biai d’un bilan de dosage du calcium ionisé et du calcium total. Toutefois, ce dosage de routine ne permet pas un diagnostic immédiat. Il ne peut être réalisé qu’après  24 à 72 post-thyroïdectomie. D’où l’intérêt du dosage de la parathormone (PTH).

L’hormone parathyroïde (PTH) aide le corps à maintenir des concentrations stables de calcium dans le sang. Elle fait partie d’une « boucle de rétrocontrôle » qui comprend le calcium, la PTH, la vitamine D, et dans une certaine mesure, les phosphates et le magnésium.



Au fait, les patients suceptibles de développer une hypocalcémie dans les heures qui suivent l’opération, auront une baisse de 75% du taux de la parathormone (PTH). Cette baisse peut être dépistée seulement 10 minutes après la thyroïdectomie.

Le diagnostic de l’hypoparathyroïdie doit être retenu lorsque le taux de la PTH baisse de 44% en H0 et H6 postopératoire. Par la suite, le suivi est réalisé uniquement par le dosage du calcium étant donné que le taux de la PTH varie en fonction de l’apport du calcium exogène.

Mesures préventives

C’est bien le rôle du chirurgien! Le geste doit être soigneux et minutieux. Au cas où on remarque une modification de la coloration ou une résection accidentelle d’une ou plusieurs parathyoïdes, il faut alors la ou les réimplanter dans le muscle sternocléido-mastoïdien [1].



Traitement de l’hypocalcémie post-thyroïdectomie

Le traitement de fond repose actuellement sur les dérivés 1α(OH) de la vitamine D3 (1α[OH]D3 ou alphacalcidol) et la 1,25(OH)2 vitamine D3 ou calcitriol.

Ces métabolites de la vitamine D sont 100 à 1500 fois plus puissant que la vitamine D3 elle-même. (d’où les posologies de 1 à 3 μg/j pour l’alphacalcidol et de 0,5 à 1 μg/j pour le calcitriol).

Du fait de leur demi-vie courte, il est possible d’adapter la posologie en fonction de la suveillance biologique.

D’autre part, une supplémentation en calcium par voie orale peut etre adopter en cas d’hpocalcémie sévère symptomatique.

Par la suite, l’apport en calcium alimentaire peut pallier le déficit, à raison de 1g/jour, à condition qu’on maintient l’apport en métabolites actifs de la vitamine D [2,3].

Références

1- Walker RP, Paloyan P, Kelley TF et al. Parathyroid autotransplantation in patients undergoing a total thyroidectomy: a review of 261 patients. Otolaryngol Head Neck Surg 1994;111:258-64.

2- Avioli LV. The therapeutic approach to hypoparathyroidism. Am J Med 1974;57:34-42.

3- Ireland AW, Clubb JS, Neale FC et al. The calciferol requirements of patients with surgical hypoparathyroidism. Ann Intern Med 1968;69:81

 

Laisser un commentaire

Powered by Facebook Comments