Confessions

Chirurgie à cœur ouvert: Une équipe médicale tunisienne se distingue au Niger

Jeudi, 12 mai 2016, est certes une journée inoubliable, qui marquera l’histoire de la médecine au Niger. Un staff médical tunisien a réussi à effectuer une première opération à cœur ouvert au Niger. L’équipe médicale a été présidée par Dr Adel Douass, spécialisé en chirurgie cardiovasculaire, et Dr Skander Ben Hlima anesthésiste réanimateur.

coeur ouvert tunisie

L’intervention a été réalisée avec l’appui de la fondation Tattali Iyali dirigée par l’épouse du chef de l’Etat du Niger, Malika Issoufou.

Sans oublier de mentionner la présence d’une équipe du secteur paramédical de la clinique Monplaisir en Tunisie.

Mme Malika Issoufou a procédé au lancement de la chirurgie à cœur ouvert à l’Hôpital National de Lamordé (Niamey) dans le cadre de la coopération sud-sud qui unit le Niger à la Tunisie, en présence des ministres de la Santé publique, Kalla Moutari, et celle de la Promotion de la femme et de la Protection de l’Enfant, Amadou Aissata.

La patiente opérée est une jeune fille de 14 ans, Nadia Koffi. Cette opération, qui a duré trois heures et qui s’est bien déroulée, est une première au Niger.

Le ministre de la Santé du Niger révèle sa reconnaissance et adresse «ses remerciements à la vaillante équipe de la Clinique Montplaisir de Tunis et à la première dame en reconnaissance de ses efforts personnels qui ont permis l’aboutissement de cette mission.

Il a salué l’excellente relation qui existe entre le Niger et la Tunisie et a souhaité que cette coopération se renforce et continue pour le bien-être des populations nigériennes».

Le PDG de la clinique Montplaisir était coopérant en louant la collaboration entre sa clinique et la fondation Nigérienne. «C’est avec une grande fierté que j’ai commencé la chirurgie cardiaque à cœur ouvert au Niger et c’est avec beaucoup d’enthousiasme que je compte continuer.

L’intervention d’aujourd’hui a consisté à opéré une jeune patiente qui a une valve défaillante, qui ne fonctionnait pas normalement, on a dû remplacer cette valve native par une valve artificielle», a-t-il confié.

«Cette intervention s’est passée dans de très bonnes conditions grâce à l’appui du personnel médical et paramédical et à l’encouragement des responsables de l’Hôpital et de l’Etat nigérien» a t-il ajouté.

Laisser un commentaire

Powered by Facebook Comments