Réanimation

Bases de l’examen neurologique lors d’un traumatisme crânien




Le traumatisme crânien désigne une atteinte cérébrale d’origine traumatique qui engage le pronostic vital. Les accidents de la voie publiques sont la cause principale de cette atteinte.

traumatisme cranien

L’examen clinique d’un traumatisé crânien nécessite une démarche adaptée au contexte clinique et à l’urgence notamment en cas de l’absence de coopération du patient (en coma).

L’examen neurologique repose sur quatre étapes cardinales:

  • L’anamnèse
  • L’évaluation de l’état de conscience
  • L’examen des yeux
  • Recherche des réflexes du tronc cérébral

L’anamnèse

C’est une étape rapide qui consiste en la collecte de certainnes données nécessaires pour une prise en charge adéquate. Le secouriste ou le réanimateur est appelé à chercher:

  • les circonctances et l’horaire de la survenue de l’accident;
  • l’age du traumatisé;
  • l’existence d’une pathologie pré-existante;
  • si le traumatisé est ivre (alcoolémie).

Ce sont des facteurs pronostiques de gravité cruciaux.

Evaluation de l’état de conscience

L’évaluation de l’intensité du troubel de conscience repose sur le calcul du score de Glasgow: ouverture des yeux, réponse motrice et réponse verbale.

  • GSC = 15 : conscience normale
  • GSC = 14 à 10 : somnolence ou coma léger
  • GSC = 9 à 7 : coma lourd
  • GSC = 6 à 3 : coma profond ou mort clinique



Examen des yeux

Etat des pupilles

La suveillance du diamètre des pupilles et du réflexe photo-moteur est une étape de pointe dans la prise en charge lors d’un traumatisme crânien.

état des pupilles traumatisme cranien
Valeur localisatrice des anomalies pupillaires
  • Pupilles égales et réactivesIntégrité du tronc cérébral (lésion hémisphérique, coma toxique ou métabolique).
  • Anisocorie + réflexe photo-moteur faible ou absent ⇒ Engagement temporal et compression du nerf moteur oculaire commun. L’anisocorie est la différence de taille entre les deux pupilles.
  • Mydriase bilatérale aréactive ⇒ lésion mésencéphalique, anoxie cérébrale, coma barbiturique, hypothermie profonde.
  • Myosis bilatéral ou pupilles ponctiformescoma toxique (morphinique) ou métabolique (ou lésion protubérantielle).
motilité oculaire extrinsèque
  • Déviation oculocéphalique, vers la droite ou vers la gaucheprésence d’une lésion hémisphérique du côté de la déviation.
  • Perte du parallélisme des yeuxlésions du tronc cérébral (skew-deviation).
  • Mouvements d’errance conjuguée des yeux intégrité du tronc cérébral.

Recherche des réflexes du troc cérébral

reflexes tronc cérébral traumatisme cranien

  • L’absence unilatérale du réflexe cornéen témoigne d’une lésion du tronc cérébral
  • Les réflexes oculocéphaliques, et après avoir éradiquer la présence d’une fracture du rachis cervical, est cherché en imposant à la tête du malade des déplacements passifs de rotation, d’extension et de flexion. Dans le cas normal, la déviation oculaire conjuguée s’effectue dans le sens opposé aux mouvements (yeux de poupée). La disparition de cette déviation révèle une souffrance sévère du tronc cérébral, lésionnelle ou toxique/métabolique.
  • Réflexe oculocardiaque: A la compression des globes oculaires, on doit noter une bradycardie.

Laisser un commentaire

Powered by Facebook Comments