Anesthésie

Arrêt cardiaque dû aux anesthésiques locaux et protocole intralipide®




Tout anesthésique local peut entraîner des accidents locaux ou systémiques très graves; à savoir réactions d’hypersensibilité allergique, crises porphyriques, oxydation de l’hémoglobine (méthémoglobinémie), arrêt cardiaque.

Mais les complications les plus redoutées sont les complications systémiques qui sont rapportées après une injection péri-veineuse de l’anesthésique local.

Signes de toxicité systémique

Lors d’un passage vasculaire de l’anesthésique local, on note les signes suivants:

  • Perte brutale de la consciences +/- crise convulsive tonicoclonique
  • Dépression de l’inotropisme cardiaque (collapsus cardiovasculaire)
  • Troubles du rythme cardiaque: tachycardie, bradycardie, bloc de conduction avec élargissement du complexe QRS, torsade de pointe, fibrillation ventriculaire, asystole.

Ces signes font surface après une injection initiale, et le délai de leur apparition varie entre quelques secondes (le plus souvent) et 40 minutes.

Prise en charge immédiate

Il faut tout d’abord arrêter l’injection de l’anesthésique local, demander de l’aide et effectuer tout de suite un massage cardiaque. Ensuite, il faut protéger les voies aériennes avec une intubation orotrachéale et ventiler le patient avec une FiO2 à 100%.

En cas d’apparition de convulsions, il faut recourir systématiquement aux benzodiazépines, au thiopental ou le propofol.

D’autre part, il faut veiller à ce que les constantes hémodynamiques soient réglées en optant à de faibles doses d’adrénaline IV (limiter les bolus à 5μg/kg afin d’éviter une tachycardie ventriculaire).

Inversement à ce qui est recommandé en cas d’un arrêt cardiaque pour des causes inconnues, il faut éviter l’injection de l’amiodarone (antiarythmique  de  classe  III) qui va potentialiser l’effet de l’AL (antiarythmique de classe Ib, mais  aussi inhibiteur des canaux potassiques).

Protocole intralipide®

Lors d’un arrêt cardiaque dû à un anesthésique local où la réanimation cardiorespiratoire classique est sans effet, Intralipide® 20% (solutions  lipidiques  à  chaînes  longues) peut être administré par voie IV selon le protocole suivant: Intralipide®  20% : bolus de 1,5mg/kg à administrer en une minute.

En 2006, deux cas cliniques étudiés ont rapporté le succès de l’injection de solutions d’intralipide® afin de réanimer les patients ayant  un trouble du rythme grave induit par des anesthésiques locaux [1,2].

Réferences

  1. Litz  RJ,  Popp  M,  Stehr  SN,  Koch  T.  Successful  resuscitation  of  a  patient  with  ropivacaine‐induced  asystole  after  axillary  plexus  block  using  lipid  infusion.  Anaesthesia 2006;61:800‐1.
  2. Rosenblatt MA, Abel M, Fischer GW, Itzkovich CJ, Eisenkraft JB. Successful use of a  20% lipid emulsion to resuscitate a patient after a presumed bupivacaine‐related  cardiac arrest. Anesthesiology 2006;105:217‐8.

Lire aussi

L’anesthésie locorégionale

Laisser un commentaire

Powered by Facebook Comments